Unique SERGE BILE

Journaliste franco-ivoirien, installé en Martinique, Serge Bilé est l’un des intellectuels les plus productifs dans la mise en valeur, le partage et la défense des valeurs apportées au monde par l’Afrique et sa diaspora.

Essais, documentaires et compositions musicales sont les principaux moyens d’interpellation qu’utilise ce grand reporter à Martinique 1ere. Investissant des questions historiques difficiles et rares comme les Boni de Guyane (primé au Festival du Film de Montréal), et Maurice, le saint noir, Serge Bilé trace son chemin dans la discrétion et loin des mouvements et associations communautaires.

Pendant plus de vingt ans, avec l’obstination d’un intellectuel conscient de sa mission, Bilé sonde l’inconscient de l’Occident en proie à son histoire atlantique et confronté aux problèmes multiculturels que lui pose la présence noire.

Refaisant le triangle à l’envers, né en Afrique, élevé en Occident et posé « définitivement » en Martinique, Serge Bilé est un homme de

réconciliation. Un citoyen du monde qui peut, de cette voix douce et apaisante qui le caractérise, s’adresser et dialoguer tant avec des intellectuels et hommes de pouvoirs qu’avec des enfants. Avec comme leitmotiv: la pédagogie.

Ses ouvrages et documentaires portent cette empreinte didactique qui les rend accessibles au commun des lecteurs.

L’unique et rare documentaire sur la mémoire de l’esclavage est de son cru: Paroles d’esclavage donne la parole aux vieux antillais descendants d’esclaves, de colons et de békés (2007), et plus récemment le documentaire Une journée dans la vie de Marie-Madeleine (2009) sur la sexualité dans les couvents.

Écrivain, il a publié le best-seller Noirs dans les camps nazis, et des essais à succès : Quand les Noirs avaient des esclaves blancs, ou encore La légende du sexe surdimensionné des Noirs.

Passionné de musique, il a également écrit pour de nombreux artistes. Il est l’auteur de la comédie musicale Soweto, sur la vie et le combat de Nelson Mandela, plébiscitée aux Antilles et au Casino de Paris.Son dernier ouvrage, avec Audifac Ignace, Singe, les dangers de la banalisation des esprits, entreprend de déconstruire la libération de la parole raciste en France et en Europe.

HappyCanadaDay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :